Pitcher votre association, un exercice délicat

Le 24/08/2018 - 19:08

Par : Lucie

///

Pour rallier du monde l’importance de la cause pour laquelle vous vous battez, il vous faut les inspirer et communiquer sur ce que vous faites. Rien de tel que « l’elevator pitch« …
Imaginez-vous dans l’ascenseur avec une personne, vous avez 30 secondes, le temps d’arriver en bas, pour la convaincre de vous rejoindre. Un exercice difficile et déterminant, non ? Nous ne sommes pas tous nés grands orateurs cependant, cela s’apprend. Alors voici quelques clés pour réussir à pitcher votre association.

 

L’élément clé : l’accroche

A l’heure actuelle où tout le monde est pressé et croule sous l’information, les premiers moments sont décisifs pour accrocher votre lecteur ou auditeur. Pour un article, ce sont le chapeau et le titre (voire les première lignes) qui vont donner envie de continuer. Pour une vidéo, on estime que ce sont en moyenne les 7 premières secondes.

Il vous faut donc être percutant. Utilisez un chiffre clé ou une situation qui révèle un besoin auquel votre action va répondre. Pour être bien claire, je vous propose de regarder une vidéo de Simon Sinek qui a changé ma façon de voir les choses et surtout la façon de m’impliquer dans ce que je fais.

Les éléments de votre pitch

Il est important que la personne qui vous écoute sache qui vous êtes. Cela permet de poser un contexte et de mettre un nom derrière un visage. Dans le cadre d’une vidéo, vous pouvez vous en dispenser et mettre un petit bandeau dans un coin.

Votre accroche c’est le pourquoi de votre pitch. N’oubliez pas le comment. Quel est votre champ d’action ? Que faites-vous de manière concrète ? Si il n’y en a beaucoup, ne perdez pas de temps à les énumérer, prenez les plus importantes ou celle mis en avant dans votre dernière campagne.

N’oubliez pas de terminer par le Call To Action ! Vos auditeurs doivent repartir en sachant que faire s’ils ont étés convaincus. Redirigez-les vers votre site ou bien vos spots. Invitez les gens à agir.

 

Les pièges à éviter

Attention si vous faites de l’humour. Premièrement, tout le monde n’y est pas sensible puis, si c’est une anecdote, cela risque de manger beaucoup de votre temps de parole. A méditer…

Soignez aussi le non-verbal et le para-verbal, c’est à dire tout ce qui est autre que le discours en lui-même. Ce dernier ne représente que 7% du message que vous transmettez. Le para-verbal compte pour 38% du message. C’est tout ce qui est relatif à la voix : l’intonation, le débit, le coupures, le volume… Le non-verbal, votre posture, vos gestes, constitue 55% de ce que votre auditeur vas retenir ! Essayez de maintenir un débit fluide mais pas trop rapide tout en accentuant les mots clés pour aider votre auditeur à retenir les choses importantes. Restez dynamique et souriant(e) pour lui donner envie de s’investir. Tous ces facteurs sont importants car le discours, bien qu’il doive être travaillé, n’est qu’une petite partie de ce qui va être retenu.

Restez simple. Parlez comme vous le faites auprès de vos proches, sans utiliser de jargon, avec des mots du quotidien. Si la personne bute sur un mot qu’elle ne comprend pas, tout ce que vous dîtes après ne sera pas retenu…

Pour conclure, ce qu’il faut retenir, c’est de mettre au centre de votre discours la raison pour laquelle vous faites ce travail, ce qui vous motive au plus profond de vous-même pour ensuite dérouler sur ce que les actions de votre association. N’oubliez pas de parlez en pensant aux personnes à qui vous vous adressez : elles seront sensibles à votre vocabulaire et votre posture.

C’est un exercice difficile, cela ne sera peut être pas un succès au premier coup d’essai mais à force de persévérance, vous y arriverez ! 🙂

Poster un Commentaire

avatar
img

CONTACTEZ-NOUS !

One Heart Communication
47 rue de Paradis - 75010 PARIS
01 85 09 06 44

× Votre message a bien été envoyé, vous recevrez une réponse dans les plus brefs délais.
Cette erreur est visible grâce à la classe "has-error" sur son parent
Cette erreur est visible grâce à la classe "has-error" sur son parent
Cette erreur est visible grâce à la classe "has-error" sur son parent
Cette erreur est visible grâce à la classe "has-error" sur son parent
Cette erreur est visible grâce à la classe "has-error" sur son parent
Cette erreur est visible grâce à la classe "has-error" sur son parent
Cette erreur est visible grâce à la classe "has-error" sur son parent