Les chiffres du bénévolat en France en 2018 (1/2)

La nouvelle étude de Recherche & Solidarités sur le bénévolat en France vient de sortir. Que nous apprend-elle sur le bénévolat en 2018 ? On vous a fait un petit récapitulatif !

La nouvelle étude de Recherche & Solidarités sur le bénévolat vient de sortir. C’est l’occasion de faire un petit bilan sur le bénévolat en France aujourd’hui. La première partie porte sur le profil du bénévole français : qui est-il ? Dans la deuxième partie, nous nous concentrerons sur les motivations des bénévoles, ce qui les attire mais peut aussi les faire partir. 

Les tendances démographiques du bénévolat

Globalement, le nombre de français bénévoles a un peu diminué : 37% des français donnent aujourd’hui du temps gratuitement, contre 39% il y a 3 ans.

Il y a autant de femmes que d’homme bénévoles aujourd’hui. On pourrait parler de féminisation, mais en réalité on observe plutôt un recul du bénévolat chez les hommes.

Enfin, en terme d’âge, le bénévole moyen a rajeuni. Les + de 35 ans s’engagent de plus en plus, tandis que les + de 65 ans (pourtant champions de l’engagement associatif) tendent à se désengager.

L’accentuation de la fracture associative

Un autre constat : plus une personne a fait d’études, plus sa propension à devenir bénévole est forte. 31% des personnes qui ont fait des études supérieures s’engagent dans du bénévolat, contre 15% chez les personnes sans diplôme. On parle de fracture associative.

Cependant, lorsqu’une personne sans diplôme adhère à une association, elle y devient bénévole à 77% ! Une belle détermination donc chez ces bénévoles : à ne pas négliger !

Un engagement bénévole de plus en plus ponctuel

Cette tendance s’était déjà faite sentie lors de la dernière étude de Recherches & Solidarités : l’engagement des bénévoles semble être de plus en plus ponctuel. Globalement, ils sont de plus en plus réticents à s’engager régulièrement, sur le long terme. Ils préfèrent être bénévoles à l’occasion d’un événement précis, et non pas toute l’année.

Et en effet, l’étude montre que 10% des Français donnent du temps chaque semaine au profil d’une association, alors qu’ils étaient 12% en 2010. 

Il y a ici un vrai questionnement des responsables associatifs face à ce désengagement significatif. Le bénévolat constitue une telle ressource pour les associations que cette transformation de la disponibilité des bénévoles peut s’avérer préoccupante pour l’avenir.

L’enjeu de fidélisation des bénévoles au cœur de la stratégie associative

L’enjeu de fidélisation des bénévoles est encore une fois crucial. L’activité de la majorité des associations repose sur cette force humaine que sont les bénévoles. N’hésitez pas à investir du temps et des ressources pour la fidélisation des bénévoles : l’acquisition de bénévoles coûte plus cher que la fidélisation

Pour mettre en place une bonne stratégie de fidélisation, vous pouvez lire nos 5 conseils pour fidéliser vos bénévoles.

Et pour mieux comprendre les bénévoles français, retrouvez la deuxième partie de cet article sur les motivations des bénévoles en 2018.

#Statistiques#Bénévolat

Rédigé par Aline

OHME, le CRM des associations

C’est gratuit pendant 30 jours !

Je teste OHME

Poster un Commentaire

avatar